peur de parler en public

Peur de parler en public ? Vous n’êtes pas seul !

Parler en public est dans le top 5 des peurs les plus nommées. Que cela soit d'ordre professionnel, amical ou familial, la prise de parole peut engendrer des difficultés, voir un handicap dans son quotidien. Il s'agit pourtant d'un obstacle possible à dépasser.

Deux types identifiés

Cette peur touche aussi bien les personnes avec de hautes responsabilités que celles qui sont peu confrontées à la prise de parole. Le ressenti face à la prise de parole peut aller d'une forte appréhension à l'angoisse voir même la phobie.

Nous pouvons identifier deux types de personnes face au sujet : les planificateurs et les spontanés.

Les planificateurs 

Les planificateurs sont souvent en difficulté dans le cadre professionnel. La peur se manifeste lors d'une prise de parole planifiée, attendu par un auditoire. L'anxiété liée à cet évènement peu alors se déclencher la veille, voir dès le moment où la date est planifiée. Les planificateurs sont dans une anticipation de la prise de parole. Cette perspective va nourrir jour après jour une vision dramatique de la prestation.

Les spontanés

Il s'agit ici des personnes qui ressentent du stress à l'idée d'intervenir à l'oral, même pour quelques secondes. Comme par exemple : se présenter lors d'une réunion de service, donner un opinion lors d'un repas familial, porter un toast, parler de tout et de rien lors d'un déjeuner entre collègues... Dans leur cas il s'agit d'un réel mal l'aise de retenir l'attention, même furtivement. Il est possible de  vivre ce stress dans un cadre unique comme dans le cercle familial ou professionnel.

Les symptômes

Les symptômes sont tout d'abord physique, certains sont communs à tous comme l'accélération du rythme cardiaque, les tremblements, la sudation, la modification de la voix, la gorge nouée, la bouche sèche, les tensions musculaires, la sensation de tête vide... D'autres sont plus personnels : le rougissement, la nausée, le bégaiement, le balbutiement, la diarrhée, la paralysie...

On notera également une tendance à mettre en place des stratégies d'évitements, souvent problématiques pour des évolutions professionnelles.

Quelques clés

Etre ancrer : une bonne posture est primordiale pour bien débuter une prise de parole. Que l'on soit assis ou debout, peu importe. La volonté est de stopper le mental qui fait perdre le bon sens, une bonne réflexion. Le truc ? Penser à chaque partie de son corps qui est en contact avec le sol : fessiers sur l'assise, les bras sur la table, les pieds dans les chaussures elles-même sur le sol. Ainsi le cerveau se focalise sur l'instant présent et ne s'emballe pas pour nourrir la peur immédiate.

La posture se joue également dans sa tenue corporelle. Il est recommandé de positionner ses épaules légèrement en arrière pour un redressement naturel qui provoque ainsi une bonne prise de l'espace et une mise en confiance instinctive.

Respirer : si l'on maintient une bonne posture on facilite également sa respiration. Très souvent lors d'une prise de parole la respiration est saccadée, voir apnéique. Respirer profondément permet de mieux réfléchir et de maintenir une voix plus posée. Lors d'une intervention il est nécessaire de prendre le temps de respirer, c'est également une bonne technique pour marquer des temps de pause. Bien respirer cela s'apprend ! Cependant si se n'est pas le cas, prendre le temps de faire 10 profonds soupirs avant une prise de parole aide.

Penser positif : quand on appréhende une prise de parole la tendance est d'imaginer le pire. Cette attitude augmente considérablement l'anxiété et les symptômes qui vont avec. Il est essentiel de garder à l'esprit que si l'on est capable de se conditionner au pire, le conditionnement positif est tout aussi réalisable ! Les effets sont d'ailleurs impressionnants.

Accompagnement

Les personnes qui ont peur de prendre la parole en public le vivent comme une réelle souffrance. Ils ont bien souvent l'impression de se limiter dans leur besoin d'expression. Il est alors important de pouvoir se libérer sur le sujet sans honte. C'est la première étape afin de pouvoir ensuite le dépasser.

Connaitre simplement les clés pour surmonter sa peur peut être inutile quand elle est trop forte. Il est alors primordiale de se faire accompagner pour la vaincre.

Si tel est votre cas, ne restez pas dans cet inconfort ! De nombreuses méthodes existent pour aider à améliorer son quotidien : cours de prise de parole, psychothérapies cognitives et comportementales, l'EMDR ou encore la sophrologie.

Envie de partager?