Evitez de vous prendre le mur, en confinement !
Ne vous prenez pas le mur, accueilliez vos émotions.

Evitez de vous prendre le mur, en confinement !

Bien que l’avenir soit flou, il est clair que nous jouons, malgré nous, un sport d’endurance. Et si nous ne pouvons rien changer au contexte, nous pouvons en revanche éviter de nous prendre le "mur" !
Chaque étape de cette épreuve provoque en nous différentes émotions que nous vivons semaine après semaine. Regardons de plus près sur quoi nous pouvons faire la différence.

🎖Etape 1 : check !

A l'aube de la 5ème semaine de confinement, nous pouvons dire avec fierté que l'état de choc a su être dépassé ! Chacun de nous a su, à sa manière, réadapter son quotidien.

Le contexte mondial est tellement "hors du commun" qu'il en a été anesthésiant. Devant cette actualité, nous avons appliqué spontanément des principes de survie, quant au futur il est devenu le dernier de nos soucis. La plupart d'entre nous se sont mis à l’écoute des informations 10 fois par jour, acheter 6 mois de papier toilette 🙈, tenter de filer à la campagne pour éviter l'enfermement pourtant inévitable, etc.

Puis l'adrénaline retombe, la phase de vigilance s'estompe pour doucement rentrer dans la régularité d'un nouveau quotidien. La mise en place de rituels, la révision de son emploi du temps perso' et pro' pour les solos et pour certains couples un rééquilibrage plus précis du “temps de travail avec la garde d'enfants"

🎖🎖Etape 2 : check / en cours ...

Les changements ont pris place dans nos intérieurs, les habitudes s'installent, tout comme nos "nouveaux" rapport sociaux et professionnels.
Les conf' call entre collègues ou clients, les apéros par visio-conférence ou encore les Facetime ou zoom intergénérationnels sont légions. Les entreprises qui le pouvaient ont repoussé les limites techniques pour rendre le télé travail plus fluide et sécurisé. Les entrepreneurs ont dû faire des choix difficiles, et débutent déjà une réflexion sur l'après. La résilience est leur challenge n°1 et certainement un premier pas vers un état d'esprit combatif.

Bref, le monde s'est adapté vaille que vaille face à l'inédit.

Pour ceux qui bataillent encore un peu avec les nouvelles routines, pas de jugement ! Il est possible, tout comme la bourse, que nous ayons nous aussi à essuyer des rebonds de " bonne intention". No stress ! L'objectif est de vous sentir bien, pas de montrer au monde que vous faites du yoga quotidiennement et que vous savez adopter le jeûne intermittent.

Intégrer des rituels prend du temps, et vous savez quoi ? Vous en avez à revendre !

😵⚠️Etape 3 : éviter de se prendre le mur

Le "mur" lors d'un marathon c'est la perte soudaine d'énergie qui se traduit par une diminution de sa vitesse et l'apparition d'un sentiment d'impuissance. La course est bien partie, mais l'ennui s’installe, les mouvements deviennent inconfortables, voir même douloureux. Le sportif se demande alors s'il doit s'arrêter, abandonner.

Mes chers lecteurs, les semaines à venir risque de nous mener à ce "mur". Peut-être déjà percevez-vous ce sentiment désagréable que certaines choses vous échappent, tant d'un point de vue professionnel que personnel. L'énergie diminue, la motivation s'essouffle, le regard vers l'avenir déstabilise.

Rassurez-vous, il n'y a rien d'anormal à cela ! Gardons en tête qu'il y aura encore des moments difficiles lors ce confinement, des émotions et des moments désagréables voir douloureux. Restons lucide à ce sujet afin de poser un regard juste sur le chemin qu'il nous reste à parcourir. La voie de l'acceptation est sans nul doute une manière d'arriver sans trop de dégâts à l'arrivée.

Tous comme les runners entrainent leur corps et leur mental pour éviter le "mur", plusieurs éléments existent pour nous permettre de travailler les nôtres ! Nous en verrons certainement plusieurs au fil de mes posts. Cependant il me parait essentiel à ce stade de parler  "des émotions".

Confinement et émotions >> Cessez de lutter contre les vagues de peur, de colère ou de tristesse.

Toutes nos émotions sont de passage pour nous permettre d'identifier un obstacle, d'accepter une perte, de passer à l'action, etc. Si vous résistez, si vous les ravalez sans cesse, elles vous alourdissent, vous fatiguent. Elles finiront par trouver un autre moyen de vous alerter, qui bien souvent se traduira dans votre corps : insomnies, violence verbale, anxiété, déprime, douleurs corporelles, etc.

Car, si dans un quotidien ordinaire le conseil est évident, en situation de confinement il devient indispensable.
Cette lutte intérieure consume par ailleurs une énergie folle. Elle pourrait pourtant être dirigée vers un objectif plus constructif et durable.

Il est vrai que les stratégies d'évitement face aux émotions désagréables sont plus faciles lorsque que nous pouvons aller au travail, boire un verre avec des ami(e)s, partager un diner à plusieurs, laissez ses enfants à l'écoles ou encore quitter son/sa conjoint(e) pour la journée. Entre 4 murs il est préférable de modifier sa stratégie !
Pour vous guider sur cette voie, voici des conseils testés et validés :

    • Accueillez vos émotions lorsque qu'elles se manifestent en vous afin de mieux les apprivoiser :
      • les nommer
      • leur donner de l'espace et du temps
      • et enfin les extérioriser**.
    • Ne cherchez pas à "paraitre" léger ou positif si vous êtes dans une tourmente passagère mais profonde. N'oubliez pas que demander de l'aide à son entourage ou à des professionnels est un acte de courage.
    • Ne culpabilisez pas à donner de la place aux émotions agréables ! Ce n'est pas parce que la situation est compliquée qu'il faut se priver de moments doux, joyeux ou léger. Au contraire !
    • Installez un espace de tranquillité en vous, afin que l'agitation extérieure trouve un lieu de calme pour se déposer. Pratiquez la sophrologie, la méditation, le jardinage, ou une autre méthode qui offre un instant de recentrage. En une phrase : ne vous fuyez pas.

** Besoin d'idée pour extérioriser ses émotions ? Lancez une playlist groovy et balancez votre corps dessus (idéale avec des enfants de tous âges), écrivez, sautez à pied joint sur votre lit, faites des sprints d'un bout à l'autre du jardin ou dans la rue au pied de l'immeuble...

 

 

Laisser un commentaire