aimer son stress

Les 3 dangers qui guettent Mme et Mr “cool attitude.”

Cette année ma rentrée est un peu spéciale, entre stress et excitation.
Une de ces rentrées où nous craignions de nous louper, alors que tout va parfaitement bien. Je pourrais comparer cette sensation à celle de notre premier jour de lycée, en laissant derrière nous le collège. Et bien pour moi cette année, c’est le lancement de mon livre :« Mettez des étincelles dans votre job ! Grâce à 15 minutes de sophro par jour. » Je parle dans cet ouvrage du stress professionnel, et propose plusieurs exercices et outils pour ne pas se laisser « écraser » par lui. C’est un bel aboutissement, mais également une étape essentielle dans mon choix de reconversion, il y a maintenant 4 ans. Et pourtant la promotion du livre me provoque du stress. Bizarre pour une experte dans l’accompagnement des femmes actives à dépasser leur état de stress ou d’anxiété, me diriez-vous ? AB-SO-LU-MENT PAS (bien au contraire 😉 )!

Le stress, n’est pas une mauvaise herbe à éliminer !

C’est une notion que j’abordais, pas plus tard qu’hier, avec une journaliste du Vif. Le stress professionnel, ou le stress tout-court, ne sont pas des maladies à supprimer totalement et en continu de votre vie, de votre corps ou de votre entreprise. Être à la recherche du 0 stress et se forcer à porter le masque de la « cool attitude » constamment peut entrainer un beau gâchis ! Je vous propose de nous arrêter sur ce qui me semble être les 3 plus grands dangers qui guettent celles et ceux qui refusent de l’accepter dans leur vie.

  • Dévalorisation et augmentation du stress. Cette injonction à la « cool attitude » permanente suscite une course à la performance. Cette pression peut nous amener à nous dévaloriser car nous « ne sommes pas capable de rester zen tout le temps. »  Voir d’augmenter son stress pour certains.es afin d’atteindre cet état de « zenitude » en toutes circonstances. Ce qui est, je préfère le souligner, tout à fait impossible. J’exagère ? Malheureusement pas tant que ça ! Un bon nombre de personnes l’assimilent à une tare, une faiblesse ou une honte. Certaines entreprises refusent que j’utilise le terme de « stress » lors d’interventions. « Non non, ne parlez pas de stress, chez nous il n’y en a pas !! » #monoeil ! Comme si le stress professionnel était l’indicateur impitoyable d’une mauvaise entreprise ou d’une mauvaise gestion des RH.
  • Se déconnecter de soi. A trop vouloir être « cool », sans demi-mesure, certains.es se déconnectent de leurs sensations et leurs émotions. « Serre les dents et avance ! » Bon bin là nous connaissons la suite : je ne m’écoute pas =  je me pousse sans conscience de mes limites = mon corps se rappelle à moi par des symptômes physiques de moins en moins « cool. »  Si vous souhaitez approfondir je vous invite à lire mon livre ou  revenir sur cet article.
  • Passer à côté d’un coup de boost ! Le stress, en apprenant à vivre avec lorsqu’il tape à la porte ou à le diminuer s’il est trop intense, peut être un fabuleux moteur ! En effet si nous arrêtons de nous juger ou de nous comparer il est possible de l’utiliser pour se dépasser en pleine conscience, sans nous faire mal. Alors là BOUMM on peut se sentir plus fort.e et plus déterminé.e que jamais. Comme moi avec la promotion du livre !

     

En conclusion : n’ayez pas peur de votre stress.

Apprendre écouter et accepter son stress, serait la 1ère règle d’or pour prévenir tout dérapage. Ensuite cap sur sa transformation en un moteur et non en monstre paralysant et effrayant. Tout le challenge réside dans cette balance fragile, car il est vrai que nous pouvons vite tomber dans les travers néfastes du stress et de l’anxiété. Mais gardez bien en tête que c’est tout à fait possible si nous ne cherchons pas à être 24h/24 super cool 😉 #stopalinjonctiondelacoolattitude

Vous avez envie d'aller plus loin ?
Évaluez votre état de stress et/ou d’anxiété actuel, pour recevoir mon diagnostic personnalisé.